Forum Monde en Eveil

Forum d'échange et d'information alternative, dans tous les domaines
 
AccueilCalendrierRechercherFAQGroupesLiensS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Complot sur l'énergie libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
max01

avatar

Nombre de messages : 414
Date d'inscription : 19/12/2008
Age : 107
Localisation : Around the world

MessageSujet: Complot sur l'énergie libre   Mer 24 Déc 2008 - 15:44

Le point sur l’énergie libre


En 1775, sous l'influence de Laplace, l'Académie des sciences de Paris condamnait les recherches sur le mouvement perpétuel. Des centaines de brevets ont pourtant été déposées depuis sans qu'aucune application n'ait vu le jour. Appliquées à l'électricité, ces recherches surprenantes qui contredisent l'orthodoxie scientifique profitent de la liberté d'échange et de publication offerte par le web.


Il est étonnant de constater que cette quête du mouvement perpétuel est pourtant très ancienne puisqu'elle est déjà mentionnée dans un texte sanscrit intitulé Siddhanta Ciromani datant du Ve siècle avant J-C. Elle fut aussi celle, entre autres, de Léonard de Vinci, Christian Huygens, John Bemoulli, Robert Boyie, Georges B. Airy et Nicolas Tesla. Les brevets de mouvements perpétuels, pourtant considérés dans l'enseignement actuel comme impossible par la Loi de conservation de l'énergie de Laplace et le principe d'entropie, se sont comptés par centaines depuis le premier déposé en 1 617. Citons à titre d'exemple un des cas les mieux décrits par la chronique de l'époque que constitua la roue dont fit la démonstration devant les académiciens des cours européennes du début du XVIIIe siècle son inventeur : Johann Ernest Bessier, dit « Orffyreus ». Cette roue tournait à 26 tours/minute sans jamais s'arrêter et pouvait fournir un travail grâce à une courroie. Mais elle froissa tant les savants de l'époque et le pouvoir, que tout fut fait pour la dénigrer et la faire passer aux oubliettes. Jls furent aidés en cela par le secret que l'inventeur tint à garder sur le principe mis en œuvre en entoilant sa roue pour en masquer le mécanisme. Elle donna lieu à diverses conceptions dont voici la plus simple et récente par
David Cowlishaw. Le principe en est si simple que l'on conçoit le poids du conditionnement conceptuel dont nous avons et faisons toujours tous l'objet. De nombreux autres systèmes mettent en. jeu la perte d'équilibre, l'immersion de poids dans divers liquides, l'ascension de récipients gonflés avec de l'air ou du gaz sous l'eau, la compression suivie d'expansion de gaz et la tension de surface des liquides. La plupart de ces systèmes prévoyaient même un frein pour l'arrêt ou éviter l'emballement de la machine (C.Q.F.D.).


Un domaine très prolifique depuis plus d'un siècle

Quand à l'idée d'énergie « libre », terme générique englobant tout système capable de fournir plus d'énergie qu'il n'en consomme, elle concerne plus spécifiquement les applications de l'énergie électrique et son concept n'est pas récent non plus. Dès les années 1880, les économistes annonçaient une électricité « libre » pour un proche futur. Nikola Tesia faisait alors la démonstration de son éclairage sans fil et autres merveilles concernant les courants à haute fréquence. Le commun des mortels était encouragé à envisager un futur utopique fait d'abondance en matière de transport, de communication, d'emploi, de logement, de santé et d'alimentation. Cette excitation aurait-elle donc été infirmée par la science ?
Et bien non, c'est même le contraire et de spectaculaires technologies furent développées à la suite de ces percées. Citons, sans être exhaustifs, le transmetteur de Tesia, là machine de Newman, l'appareil à énergie radiante d'Henry Moray, le moteur électromagnétique d'Edwin Gray, la machine Testatika de Paul Baumann, la dynamo gyromagnétique de DePalma, le moteur à aimants permanents de Robert Adam, les générateurs à aimants des sociétés australienne Lutec et sud-africaine Perendev qui promettent une rapide commercialisation, le transformateur à aimant de Tbm Bearden, les systèmes à transistors de Bedini, etc.

La physique classique dépassée

Ces systèmes, pour les plus avancés, produisent plus d'électricité qu'ils n'en consomment, infirmant le second principe de la thermodynamique voulant qu'aucun système clos de transformation de l'énergie ne puisse dépasser un coefficient d'efficacité de 1 sans puiser dans une source extérieure au système.
Il en est de même pour les systèmes d'électrolyse super-efficaces qui décomposent l'eau (H2O) en hydrogène (H2) et oxygène (0) à des taux qui permettent de réutiliser le gaz produit pour entretenir l'électrolyse et au-delà pour un travail supplémentaire.
Autre principe occupant la recherche, celui de l'implosion, à l'instar de ceux utilisés par la nature lors de tornades, employant le froid pour créer une dépression et un mouvement de vortex. II est à l'inverse du principe à explosion exploité par le moteur de nos voitures actuelles. Ce principe est appliqué sur des moteurs à turbine s'inspirant des travaux de Viktor Schauberger dans les années 30 et 40.
En contradiction également avec les principes de la science nucléaire orthodoxe, la fusion froide qui manifeste aux conditions ambiantes une réaction nucléaire productrice de chaleur lors d'une expérience reproduite par de nombreux laboratoires dans le monde depuis 1989 (Nexus N° 1).
Et vous ne le saviez peut-être pas mais vous utilisez déjà une technologie à efficacité supérieure à 1 (coefficient = 3) avec votre réfrigérateur, qui pourtant représente la pire des utilisations du principe de l'échangeur calorique puisqu'il pompe la chaleur dans la partie froide pour se refroidir dans la partie chaude de l'échangeur thermique qu'il constitue. Les pompes à chaleur fonctionnent suivant le même modèle et peuvent atteindre un coefficient de 17, qui permet d'ailleurs aujourd'hui d'alimenter un générateur d'échelle industrielle au Nord de Kona (Hawaï). Ces systèmes sont parfaitement décrits et acceptés par la science parce qu'il s'agit de systèmes ouverts qui puisent dans le réservoir d'énergie calorique naturelle de leur environnement, qu'il s'agisse de l'air ambiant ou de l'eau.

Un silence bien entretenu

Stimulés par la facilité de communication de l'intemet, les recherches et les modèles expérimentaux se sont multipliés depuis, laissant espérer un peu vite, à travers l'enthousiasme des affirmations de certains, une rapide concrétisation.
Malheureusement, ces systèmes qui semblaient pouvoir devenir disponibles rapidement tardent à le faire. La question que l'on se pose alors de façon légitime est : pourquoi diable autant de technologies ne voient-elles pas le jour ? Les obstacles à cette possibilité de faire bénéficier l'humanité d'une abondance la libérant de nombreux esclavages sont de quatre ordres :
- Le premier de ces freins est évidemment représenté par le pouvoir démesuré détenu par les actionnaires des banques centrales (qui sont privées comme on l'oublie trop souvent) permettant de décider de la valeur de l'argent en jouant sur les taux d'intérêt du crédit. Une source indépendante d'énergie disponible pour chacun représenterait une concurrence inévitable et ruinerait leur appétit de domination. C'est aussi simple que cela. Leurs moyens d'actions sont quasi illimités, allant de la simple désinfonnation par la manipulation des médias de masse, jusqu'aux menaces sur la vie des inventeurs, en passant par l'achat et la mise au placard des brevets déposés.
- Le second frein est constitué par les gouvernements et le jeu de la compétition politique nationale et surtout internationale qui assure la souveraineté à la plus forte des parties. Or tout ce qui pourrait donner un avantage au voisin ou à l'adversaire, ou donnerait un supplément d'autonomie aux citoyens est compris comme une menace pour la « sécurité nationale ». Lorsque l'on pense aussi aux taxes perçues sur l'énergie consommée, on obtient une vision suffisamment claire des raisons poussant à une censure de ces systèmes.
Le troisième obstacle est constitué par les nombreuses fraudes et escroqueries qui jettent le discrédit sur les inventions authentiques et sont abondamment exploitées par les sceptiques. Ajouté à ces canulars, un curieux phénomène psychologique de déséquilibre guette le chercheur qui pense enfin avoir découvert, à l'issu d'un labeur fastidieux et louable, la manifestation de cette abondance dont l'idée trouve des racines profondément ancrées dans l'inconscient humain ; il peut se prend alors pour un sauveur de l'humanité, un Christ, développant alors un complexe de persécution qui le décrédibilise aux yeux de ses semblables.
- Le quatrième frein est sans-doute le plus important, et les trois premiers en sont l'immédiate concrétisation. Il est constitué par chacun de nous avec ses illusions de supériorité, ses besoins de domination ou sa soif de reconnaissance, sa cupidité (1 million d'euros contre votre trouvaille, que répondriez-vous ?). C'est en fait la même faille qui se manifeste à différents niveaux en ces quatre types d'obstacles, que l'on pourrait résumer à l'ignorance de notre réelle identité spirituelle. (Aïe, le grand mot, si galvaudé, est lâché, mais je n'en connais pas de meilleur). Notre petite individualité se contente bien mal d'un bien avec lequel on ne peut devenir « riche », ou par lequel on ne peut s'assurer le « contrôle d'autrui » et nous pousse à observer nos responsabilités.
Tous concepts forts désagréables tant que l'on se conçoit comme séparé et non comme une manifestation d'un mystère universellement partagé.
Du point de vue scientifique de la physique, la difficulté est également et d'abord d'ordre conceptuel, comme le fait justement remarquer Thomas Bearden. En effet, la physique classique relativiste considère le vide comme un néant inerte séparant les éléments particulaires de la matière, ne retenant comme valables que les observations confirmant son modèle théorique de la thermodynamique (et s'arrangeant néanmoins du parfait mouvement perpétuel que représentent l'atome, ou la révolution des planètes). Pour Bearden, et de nombreux chercheurs parmi lesquels les Français ne sont pas en reste avec Patrick Comille et Jean-Louis Naudin, aucun système classique générateur d'électricité, ou même accumulateur, n'a jamais produit le moindre Watt ; tous puisent au sein du champ subquantique local, en créant un dipôle asymétrique soit magnétiquement (pour les générateurs, qu'ils soient actionnés par la pression de la vapeur des centrales thermiques ou nucléaires, par les turbines des barrages, ou la force éolienne), ou chimiquement (pour les batteries et les cellules photovoltaïques solaires). Le problème de ces systèmes est qu'ils emploient autant d'énergie à restaurer ce dipôle, ce déséquilibre, qu'à le détruire continuellement en libérant l'énergie exploitable ; d'où le besoin de leur apporter en permanence mécaniquement ou chimiquement un supplément d'énergie.

Enjeux et expectatives

L'énergie « libre » existe donc bel et bien, et depuis longtemps. Les nouvelles technologies de la communication ont supprimé l'obstacle du secret permettant à de nombreux bricoleurs éclaires de produire leur propre système et de le partager avec le plus grand nombre. Elle devra permettre aux hommes de se libérer des esclavages et des servitudes technologiques industrielles qui n'envisagent la richesse qu'en termes de bénéfices pour les plus forts au détriment des plus faibles, qu'il s'agisse d'individus ou de nations. Le pouvoir politique et financier ne voit pas cela d'un très bon œil et provoque crises et conflits armés pour occuper les gens à d'autres considérations plus urgentes et alarmantes susceptibles de faire de l'ONU le gendarme de la planète. Quant aux grands médias, n'espérez pas les voir traiter du sujet.
Sachez qu'il y a peu d'espoir pour qu'une société commerciale soit laissée libre de vous vendre un générateur à énergie « libre ». Le pouvoir politique l'interdira, comme il l'a déjà fait, en invoquant la mise en péril de la sûreté nationale. L'espoir réside plutôt dans la possibilité offerte plus facilement aujourd'hui à chacun de recueillir les nombreuses informations sur ces systèmes, et de les expérimenter lui-même, ou avec l'aide de quelques amis techniciens. C'est le nombre d'expérimentateurs privés ainsi que l'échange et le partage des idées, des résultats et des données par leur publication immédiate, qui permettra d'avancer. C'est ce qu'a compris une nouvelle génération prolifique de chercheurs qui refuse le système retenteur de la propriété intellectuelle des brevets inévitablement rachetés par le pouvoir financier ou censures par le pouvoir politique.
Ce sujet illustre formidablement le débat antique et fondamental qui pose la question de la nature ultime de la réalité, dont la contre-partie sociologique est représentée par l'enjeu vital de l'avènement d'une nouvelle logique gagnant-gagnant. Cette nouvelle pensée écologique globale s'appréhende en termes de gains et de prospérité matérielle, intellectuelle et culturelle partagée.
Les prémisses d'un tel pas ne sont-ils pas déjà à F œuvre avec l'apparition des nouveaux concepts d'économie solidaire, éthique et durable qui connaissent un succès populaire, même dans le domaine des placements financiers.

Auteur : David Dennery


Sources bibliographiques et liens Internet :

Le Tao de la Physique de Fritjov Capra, ed Sand, Paris
Energies libres et technologies de Jane Manning. ed. Louise Courteau. 2 001
The Free Energy Secrets of Cold Electricity de Péter Lindermann.
http://www.spiritoftnaat.com
http://www.free-energy.ce
http://www.quanthomme.org
http://users.skynet.be/kurtgode/adam&evq_intro.htm


Extrait du magazine Nexus n°25



http://www.ovni007.com/id49.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
drama



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 25/03/2009
Localisation : paris

MessageSujet: Re: Complot sur l'énergie libre   Jeu 26 Mar 2009 - 10:37

Citation :
Cette excitation aurait-elle donc été infirmée par la science ?
Et bien non, c'est même le contraire et de spectaculaires technologies furent développées à la suite de ces percées. Citons, sans être exhaustifs, le transmetteur de Tesia, là machine de Newman, l'appareil à énergie radiante d'Henry Moray, le moteur électromagnétique d'Edwin Gray, la machine Testatika de Paul Baumann, la dynamo gyromagnétique de DePalma, le moteur à aimants permanents de Robert Adam, les générateurs à aimants des sociétés australienne Lutec et sud-africaine Perendev qui promettent une rapide commercialisation, le transformateur à aimant de Tbm Bearden, les systèmes à transistors de Bedini, etc.
je ne partage pas cette affirmation....si l'energie libre existe comment se fait il que rien ne transpire...
avec internet quoi de plus facile que de diffuser les plans etc..
effectivement cela pourait etre le moteur du changement si de telle machine existaient.
jp petit qui as realisé un superbe site et effectue mille et un test n'as jamais pu prouve l'existence
de machines a energie libre et pourtant cela n'est pas faute d'y croire....
j'espere et ne demande q'a etre convaincu,mais je n'y crois guere helas...
songer que si vous parvenez a creer cette fameuse machine,vous serez en mesure d'etre autonome au niveau energetique( ce qui est un gros budget),et de plus pourrez vous financez en revendant de l'electricité a edf..
mais je ne parle pas de solaire ou de ce type d'energie dont le rendements est trop faible..
Citation :
Sachez qu'il y a peu d'espoir pour qu'une société commerciale soit laissée libre de vous vendre un générateur à énergie « libre ».
Le pouvoir politique l'interdira, comme il l'a déjà fait, en invoquant la mise en péril de la sûreté nationale. L'espoir réside plutôt dans la possibilité offerte plus facilement aujourd'hui à chacun de recueillir les nombreuses informations sur ces systèmes, et de les expérimenter lui-même, ou avec l'aide de quelques amis techniciens. C'est le nombre d'expérimentateurs privés ainsi que l'échange et le partage des idées, des résultats et des données par leur publication immédiate, qui permettra d'avancer. C'est ce qu'a compris une nouvelle génération prolifique de chercheurs qui refuse le système retenteur de la propriété intellectuelle des brevets inévitablement rachetés par le pouvoir financier ou censures par le pouvoir politique.

as t'on des retours d'informations a ce sujet? je n'ai pu trouver que de vagues rumeurs
concernant des particuliers ou groupes,rien de verifie..
s'il en est qui ont la solution il faut absolument q'ils diffusent rapidement cela...

cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HardKoRe72

avatar

Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 22/03/2009
Age : 30
Localisation : Quelques pars en Sarthe....

MessageSujet: Re: Complot sur l'énergie libre   Jeu 26 Mar 2009 - 17:20

TOTAL chaques années vont dans les congrès des énergies libres, achête tout les brevets... Pour empêcher le dévellopement.....

Tu as des types qui ont faire des moteurs a gaz, vapeur, electro-magnétique, moteur qui marche avec l'attractions terrestres....

Le moteur HackenBergen, le moteur à fusion a froide..... Y en as des tonnes....



Mais se genre de moteur, ruinerai TOTAL, SHELL... le pétroles aurais aucune valeur si ses inventions sortaient.....


C'est comme si le Cannabis étaient légalisé aux niveaux industriel, on couperai plus arbres, on révolutionnerai l'écologie massivement... C'est Herry Ford qui à fait sa voiture composer uniquement de chamvre....... recherchez sur ses sujets vous verrez par vous même...

Mais tant que le profit sera la clé du système... On aura jamais d'évolution...


1 litre de pétrole vaux plus chère que un litre de sang..... Le profit es plus interressantque l'humanité....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reigneduchaos.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Complot sur l'énergie libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Complot sur l'énergie libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» eau libre
» Désolée mais je déteste les lampes à économie d'énergie... (sujet fusionné)
» nouvelle poudre libre HD
» presse libre, l'appel de la colline
» Veille informationnelle : Hydrogène et énergie renouvelables

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Monde en Eveil :: Documents et débats classés par thème :: Science et Technologie :: Documents-
Sauter vers: