Forum Monde en Eveil

Forum d'échange et d'information alternative, dans tous les domaines
 
AccueilCalendrierRechercherFAQGroupesLiensS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pécan

avatar

Nombre de messages : 1089
Date d'inscription : 17/12/2008
Age : 107
Localisation : Près de chez moi (B)

MessageSujet: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Lun 24 Aoû 2009 - 14:19

Faut-il que la justice interdise la fessée à la maison ?
En Nouvelle-Zélande, une loi interdisant tout châtiment corporel vient d’être rejetée. Alors que le Conseil de l’Europe plaide pour son interdiction au sein de la famille, le débat fait rage en Belgique.

Les enfants n’ont qu’à bien se tenir
En Belgique, le châtiment corporel est interdit à l’école, mais rien n’est écrit en ce qui concerne le cadre familial. L’article 371 du code civil stipule seulement que l’enfant et ses parents se doivent mutuellement le respect.

Article rédigé par :
Justine Sow
RTL Info

Belgique - Société sam 22 août, 13:57
Une petite fessée de temps en temps, cela ne fait pas de mal, vous dira probablement une écrasante majorité de Néo-Zélandais. En effet 87,6% d’entre eux ont répondu "non" à la question : "Faut-il considérer comme un délit le fait de donner une fessée à son enfant ?". Ce référendum a été lancé à l’initiative des opposants à la loi Bradford, également appelée loi "anti-fessée", indique La Libre Belgique. En Belgique, aucun consensus n’a pu être trouvé sur la question : lisez la situation belge au bas de cet article.


Le passage à tabac et la petite claque inoffensive dans le même panier

En Nouvelle-Zélande, la loi "anti-fessée" a été votée en 2007. Cette loi interdit aux parents d’infliger n’importe quel châtiment corporel, y compris donc, la fessée ou la gifle, même dans un but correctionnel. Ce qui veut dire que cette mesure met dans le même panier une simple claque sur le derrière et le fait de rosser un enfant, explique un partisan du "non". Les détracteurs de la loi ne trouvent pas cela normal de poursuivre un parent aimant parce qu’il a donné une fessée à son enfant.


C’est à la police de décider

Les partisans du "oui", eux, se défendent : "La loi de 2007 mentionne qu’il est illégal de taper son enfant sous motif de le corriger, mais précise que la police peut décider de ne pas poursuivre les cas anodins, qui s’avéreraient sans conséquence dommageable pour l’enfant", explique le porte-parole de l’association Family First.


Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction

Dans le monde, 24 pays (dont 14 en Europe) interdisent légalement d’infliger tout châtiment corporel à l’encontre des enfants. En Belgique, l’interdiction d’infliger des châtiments corporels concerne le cadre de l’école, mais pas celui de la famille. Depuis, le débat est ouvert. La secrétaire générale adjointe du Conseil de l’Europe, Maud de Boer-Buquicchio, explique que "les parents décident de manière arbitraire ce qui est d'un degré acceptable- souvent, dans un état d’emportement, de colère, de stress ou même de rage". Elle souligne que si le parent est malencontreusement sous l’effet de drogue ou d’alcool, cela peut mener à des tragédies.


En Belgique, il n’y a pas encore de consensus à ce niveau-là

La Belgique est signataire de la Convention des Nations-Unies sur les droits de l’enfant, explique encore La Libre Belgique. Cependant, elle n’est pas obligée de réformer sa législation pour s’aligner sur les autres pays qui préconisent une interdiction. Chez nous, sept propositions de loi ont été introduites, mais aucune n’a abouti. Bernard De Vos, le délégué général aux droits de l’enfant lance la question : "Peut-on traîner en justice une mère célibataire, vivant dans un 40 m² avec ses trois enfants, pour motif de leur avoir donné une fessée ?".

Remarquez comme la société proscrit des fessées mais n'a jamais été aussi violente avec les gens, non pas en geste, bien que..., mais avec leur vénération de l'argent en premier...Et puis n'y a t il pas plus urgent a regler en ces temps de disète?

Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazey

avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 05/08/2009
Age : 33
Localisation : Arriére pays Niçois

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Lun 24 Aoû 2009 - 19:47

Dès qu'il existe une loi anti fessé en France, je trainerai mes parents en justice !!!!! Mort de rire

Non mais sérieux ils ont que ca à foutre ??? C'est sur qu'il y aura toujours (et malheuresement) des abrutis qui battent leurs gamins sous l'effet de l'alcool, de drogue, ou de perversion. Ceux là doivent être sévérement punis !! Mais une loi anti fessé reviendrai à laissé faire nos enfants tout et n'importe quoi... De la petite à la plus grosse bétise. Déjà qu'on a des enfants rois king Razz

Bon en même temps je dis ca, mais j'ai pas de gamins Wink alors je laisse le soins au parents de s'exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aroya

avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 20/12/2008
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Lun 24 Aoû 2009 - 20:05

La "fessée" est tout à fait dispensable dans l'éducation. Le système de punition le remplace parfaitement lorsqu'il est associé de prévention et d'explications chez l'enfant. Le principe de dénaturalisation peut aussi lui être appliqué s'il fait une bêtise :

Citation :
Extrait du document : Opinion croyances et vie collective
Par Robert Vincent Joule, Chercheur en psychologie sociale, Professeur des Universités, Directeur de formation doctorale de psychologie
http://olivier.issaurat.free.fr/psycho/opinion_croyances/Opinion%20croyances%20et%20vie%20collective%20partie1.doc

(...) Le principe de dénaturalisation consiste à tout faire afin qu'une personne n'établisse pas de lien entre ce qu'elle est (sa personnalité, ses goûts, ses aptitudes ou ses valeurs) et ce qu'elle a fait (son comportement effectif et/ou les conséquences de son comportement), lorsque ce qu'elle fait, ou lorsque le résultat de ce qu'elle a fait, ne correspond pas à nos attentes. Il s'agit cette fois, au contraire, de procéder à une « dénaturalisation» du trait socialement indésirable. Si par exemple un enfant s'est « mal comporté» dans telle ou telle circonstance, on utilisera maintenant des phrases comme: «ça c'est pas toi ... je ne te reconnais pas là ... toi, tu n'es pas comme ça », etc.

Imaginons qu'un petit garçon de 5 ou 6 ans vienne tout juste de frapper sa sœur, de quelques années plus jeune que lui. Il ne faudrait évidemment pas le traiter de «méchant », comme c'est encore trop souvent le cas. Sinon, on prend le risque de « naturaliser» le trait de personnalité (la méchanceté) qui débouche sur le comportement d'agressivité que l'on dénonce, avec les conséquences que l'on peut imaginer. Il faudrait à l'inverse lui dire: « Qu'est-ce que tu as fait ? Ça c'est pas toi ... je ne te reconnais pas là ... tu n'es pas méchant, toi. » Les travaux sur l'engagement nous invite toutefois à ne pas en rester là, mais à obtenir aussitôt, idéalement dans un climat de confiance, que l'enfant s'engage sur le champ à ne jamais plus frapper sa sœur: « Tu vas me promettre, Hugo, de ne jamais plus frapper ta petite sœur. Promis? Je compte sur toi. » (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fjordbokna

avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mar 25 Aoû 2009 - 1:56

Aroya a écrit:
La "fessée" est tout à fait dispensable dans l'éducation. Le système de punition le remplace parfaitement lorsqu'il est associé de prévention et d'explications chez l'enfant. Le principe de dénaturalisation peut aussi lui être appliqué s'il fait une bêtise :


ok mais faut prévenir tout le monde avant que la loi ne soit adoptée Wink

en tout cas pour moi ce genre de loi, dans notre société actuel, c'est le meilleur moyen de briser la famille.
et ca c'est tout bon pour les élites qui nous gouvernent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pécan

avatar

Nombre de messages : 1089
Date d'inscription : 17/12/2008
Age : 107
Localisation : Près de chez moi (B)

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mar 25 Aoû 2009 - 10:48

exact on nous laisse de moins en moins le pouvoir sur nos enfants...Ca ne fera que pire que les enfants roi....Un bon système pour semer la zizanie au seins meme du peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Sam 29 Aoû 2009 - 21:33

Voici quelques site qui contre argumentent le principe de la fessée :
http://web.me.com/jacornet/Site_1/Accueil.html
http://interactes.wordpress.com/2007/04/26/a-propos-de-la-journee-sans-fessee-comment-eduquer-sans-violence/
src : Une école différente pour mon enfant ? de Marie-Laure Viaud, édition Nathan, page 265

Je n'ai pas vérifié ces liens car je ne respecte par leurs pensées. Il est vrai que ce pourrait être des éducations parfaites dans le meilleur des mondes... Mais des parents qui prennent 100% sur eux 24/7 c'est impossible ou faut qu'ils aient rien à faire de leur journée...
Revenir en haut Aller en bas
Pécan

avatar

Nombre de messages : 1089
Date d'inscription : 17/12/2008
Age : 107
Localisation : Près de chez moi (B)

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Lun 31 Aoû 2009 - 13:56

je pense que ce n'est pas sain non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aroya

avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 20/12/2008
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Lun 31 Aoû 2009 - 18:09

darshounet a écrit:
Je n'ai pas vérifié ces liens car je ne respecte par leurs pensées.
Pourquoi ? Si tu ne respectes pas leurs pensées, tu ne respectes pas les miennes. La fessée est un châtiment physique utilisée comme tradition dans nos pays mais qui n'a aucun fondement scientifique. Son efficacité n'est pas prouvée, le contraire l'est :

Citation :
http://www.e-sante.fr/psychologie-famille-enfant-fessee-mauvais-moyen-poser-limites-enfant-NN_11284-93-7-1.htm
Dr Catherine Solano

Pourquoi une fessée a-t-elle un effet négatif ?

* Parce que frapper un enfant, ce n'est pas sain ! Et c'est condamnable, d'autant plus que cela peut même parfois aller très loin… trop loin, jusqu'à parfois blesser son enfant.
* La fessée sous-entend l'idée que parfois, la violence est le seul moyen de résoudre un conflit. Or c'est un très mauvais apprentissage à faire passer à un enfant. Il se peut qu'il l'intègre et agisse à son tour comme on le lui a appris. Il devient alors violent lui aussi.
* Agresser physiquement un enfant peut entraîner de la haine. Et c'est évidemment très toxique dans la relation parent-enfant.
* Frapper un enfant est un aveu de faiblesse. L'adulte ne sait pas se faire entendre normalement, se faire écouter, s'expliquer, trouver des arguments, montrer son autorité calme et tranquille. L'enfant aura tendance à mépriser cette faiblesse, même s'il la craint.

Une fessée est toujours très humiliante.

* Et l'humiliation fait souvent encore plus mal que les coups, entraînant une réaction encore plus violente de l'enfant.
* La fessée n'est pas éducative. L'enfant, s'il semble comprendre la leçon obéira par peur, et non parce qu'il a intégré la demande de l'adulte. Il n'aura rien appris de positif, mais au contraire, que le fort peut opprimer le faible et que ça marche…
* Se laisser aller à être violent, pour un parent, n'est pas une bonne manière d'apprendre à se faire respecter. Si la violence est efficace, le parent risque de ne pas développer d'autres stratégies, bien meilleures, stratégies dans lesquelles entrent l'échange et l'éducation positive.
En bref, les fessées :

* détériorent la relation de l'enfant avec son parent
* cassent l'image que l'enfant a de lui-même
* donnent l'exemple de la violence
* interdisent l'expression des sentiments
* bloquent les apprentissages
* génèrent des maladies psychosomatiques
* favorisent les accidents
* peuvent générer un syndrome de Stockholm

Quelques références scientifiques :
http://web.me.com/jacornet/Site_1/Page_12.html

Preuves de ces nocivités :
http://web.me.com/jacornet/Site_1/Page_2.html

darshounet a écrit:
Il est vrai que ce pourrait être des éducations parfaites dans le meilleur des mondes... Mais des parents qui prennent 100% sur eux 24/7 c'est impossible ou faut qu'ils aient rien à faire de leur journée...
Peux-tu développer ? J'espère que tu n'es pas en train de dire que la fessée doit-être autorisée pour que les parents puissent se défouler après une dure journée de travail. Un enfant n'est pas un souffre douleur, c'est une personne consciente qui a les mêmes droits fondamentaux que l'adulte. Pose toi la question (tirée d'un de tes liens) :

Comment font les enseignants de maternelle qui passent 6 heures par jour avec 25 petits enfants, dans un espace relativement restreint, avec des contraintes à respecter et des règles à appliquer ?

Ils s'en sortent bien pour la plupart d'entre eux. Or les punitions corporelles sont interdites à l'école, et s'il arrive encore qu'une tape parte ici ou là, ce n'est que chez moins de 15 % des enseignants... alors que 85 % des parents utilisent claques et fessées pour régler les problèmes qu'ils ont avec leurs 2 ou 3 enfants. Mais les enseignants sont formés à la pédagogie.

Citation :
http://interactes.wordpress.com/2007/04/26/a-propos-de-la-journee-sans-fessee-comment-eduquer-sans-violence/

(...) L’éducation peut être définie comme l’ensemble des moyens mis en œuvre pour permettre le développement des facultés physiques, morales et intellectuelles d’un être humain. A ce titre, elle implique des apprentissages cognitifs (faire et savoir-faire) et des apprentissages comportementaux et émotionnels (être et savoir-être). Dans notre civilisation occidentale, l’apprentissage cognitif est assez rapidement confié par les parents au système éducatif social (à travers l’enseignement), alors c’est aux parents qu’est confiée la tâche d’apprendre aux enfants à produire des comportements socialement acceptables et à témoigner d’émotions socialement signifiantes.

L’apprentissage est en lui-même une suite de renoncements. L’enfant qui vient de naître a en principe devant lui une infinité de comportements et d’émotions, et il ne connaît pas a priori ceux qui seront conforme aux attentes de ses parents et de la société. L’éducation ne peut donc qu’être un système restrictif en ce sens qu’il force l’enfant à choisir les comportements qui feront de lui un être socialement et émotionnellement acceptable. (...)
Il est donc indispensable d'établir des règles pour fixer des limites dans une famille. L'application de ces règles doit se faire avant toute chose par le dialogue et la communication avec l'enfant, dans le meilleur équilibre possible :

Citation :
La vie des parents et celle des enfants ne doivent pas
se mutiler l'une l'autre mais s'enrichir l'une l'autre.
Les parents sont un modèle pour l'enfant qui s'y attache. Les parents ont donc un rôle important dans l'apprentissage de l'enfant à un jeune âge. Il est évident que lorsque l'enfant a des difficultés à ranger sa chambre, à s'organiser, à classifier, la solution n'est pas de le frapper mais de lui montrer comment s'y prendre, de lui transmettre des méthodes, de lui donner un modèle, en lui expliquant les choses. Petit à petit, il intègrera ce modèle.

Lorsqu'un problème subsiste, il est nécessaire d'identifier sa cause, en écoutant l'autre, puis en utilisant une méthode comme celle de Gordon :

Citation :
http://web.me.com/jacornet/Site_1/Page_6.html

Gordon démontrait avant beaucoup d'autres que le comportement de l'enfant est très largement déterminé par le type de relation qu'il établit avec ses parents. Sa méthode, qui se situe entre rapport de force et permissivité, est basée sur la qualité de la communication

- une "écoute active": si le problème est manifestement celui de l'enfant, l'écoute est concentrée sur l'enfant et débarrassée des projections personnelles du parent. Cela va permettre de l'aider à trouver sa meilleure solution au problème. Si vous l'avez écouté, vous devez pouvoir, avant toute réponse, lui résumer ce qu'il vient de dire, puis lui demander "c'est bien ça ?"

- le "message je" : si le problème est manifestement celui du parent, utilisation du "je" et non du "tu" . On ne dit pas "tu es trop égoïste" mais " je suis très incommodé par ton attitude". L'enfant n'est alors pas mis en cause et déprécié globalement dans sa personne, mais seulement dans son comportement actuel dont vous lui expliquez pourquoi il vous déplaît. Vous pouvez alors suggérer, "si tu prenais les basket bleus dont le prix est abordable, je pourrais t'offrir une paire de lacet comme ceux des baskets rouges”. Une négociation est amorcée, la discussion va continuer jusqu'à ce qu'un accord soit possible, peut-être autour d'une troisième paire de basket... débouchant ainsi sur

- la méthode sans perdant dans laquelle les deux protagonistes doivent faire un effort pour trouver une solution qui ne frustre ni l'un ni l'autre de façon intolérable. Car si il y a un perdant, que ce soit vous ou lui, il va se sentir frustré, en colère, et un nouveau conflit éclatera sous peu !

Cette très intéressante technique relationnelle à l'avantage d'être aussi active dans la relation d'un enfant avec un parent ou un éducateur, que dans la relation de n'importe qui avec n'importe qui !
Si cette méthode est inefficace dans certaines situations, par exemple, lorsque l'enfant insulte un frère ou une sœur, c'est-à-dire lorsqu'il enfreint les règles de bonne conduite et de respect, une remise à l'ordre est indispensable dès les premiers excès pour éviter une désobéissance croissante, qui peut si les parents abandonnent leur autorité, donner ceci :



Donc, raisonner l'enfant en lui expliquant que son acte est intolérable et en l'engageant à ne plus le commettre. Le prévenir que s'il recommence, il subira une punition non corporelle (simple, comme le mettre au coin pendant plusieurs minutes). Puisque l'enfant cherche inconsciemment les limites de l'autorité, il est probable qu'il retente son acte pour tester cette punition. Si elle est correctement appliquée, après prévention, explication, l'enfant comprendra qu'il n'a rien à gagner à poursuivre ces abus et les cessera. Ce principe de correction ne doit pas devenir monnaie courante et être utilisé à tour de bras, seulement en dernier recours. Il peut être associé au principe de réparation, où le parent se met en posture de médiateur entre le frère qui a frappé sa sœur et cette dernière, pour lui demander réparation : "puisque tu as frappé ta sœur, maintenant, tu vas devoir t'excuser auprès d'elle en lui faisant un bisou sur la joue".

Citation :
http://web.me.com/jacornet/Site_1/Page_6.html

Les parents qui n'usent pas de leur pouvoir mais de leurs connaissances, de leurs aptitudes à convaincre ou motiver, de leur sensibilité aux difficultés de leur enfant, font vite autorité auprès d'eux. Ils évitent le mensonge, la rébellion, la fuite. Il s'agit en effet pour les parents de "faire autorité" par leurs compétences à faire évoluer les frictions et les difficultés, et non pas d' "être autoritaires". On peut d'ailleurs se demander si l'autoritarisme ne cherche pas, justement, à combler le manque de compétences.

Françoise Dolto avait déjà demandé que l'on remplace le terme d'autorité parentale par "responsabilité parentale"(réf. 46 ) responsabilité qui ne peut s'exercer sans compétences .

En aucun cas la fessée n'affirme l'autorité. C'est au contraire lorsque le parent est déstabilisé par sa perte d'autorité qu'il en vient aux coups. Il vaut beaucoup mieux à ce moment reconnaître sa difficulté "je ne sais plus quoi faire, nous ne pouvons pas en rester là, nous allons en reparler un peu plus tard parce qu'il faut que nous trouvions une solution".

Et savoir dire NON, c'est utiliser rarement cette injonction qui doit alors être très ferme et réservée à des moments graves, importants. Sinon, dire plutôt "ceci ne me convient pas, mais par contre, je pourrais accepter cela".

Le désir d'exercer l'autorité, comme le désir de donner des punitions corporelles, vient très souvent du modèle autoritaire que l'on a reçu dans son enfance. On le reproduit en suivant une pente qui est des plus naturelles si l'on n'ose pas porter un regard critique sur l'éducation qu'on a reçue. Or cela devrait pouvoir se faire sans pour autant culpabiliser des parents qui "ont cru bien faire" à une époque où les connaissances étaient beaucoup plus restreintes. Remettre en question l'éducation qu'on a reçue, ce n'est en aucune façon désavouer ses parents, mais introduire dans nos actions les connaissances nouvelles qui n'étaient pas disponibles auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Lun 31 Aoû 2009 - 19:50

Citation :
La fessée est un châtiment physique utilisée comme tradition dans nos pays mais qui n'a aucun fondement scientifique.

Tout à fait d'accord

Citation :
Peux-tu développer ? J'espère que tu n'es pas en train de dire que la fessée doit-être autorisée pour que les parents puissent se défouler après une dure journée de travail. Un enfant n'est pas un souffre douleur, c'est une personne consciente qui a les mêmes droits fondamentaux que l'adulte.

Alors toi tu n'as pas d'enfant et cela se voit !! Quand tu as 36 choses à faire et des rendez-vous etc. Que le gosse te pète des câble en même temps, tu prends le temps d'appliquer une pédagogie (comme les gens qui ont le temps et qui n'ont rien d'autres à faire).
Il y a quelque chose qui s'appelle les nerfs (ou les plombs,...). Que l'on soit pro-fessée ou anti ou entre les deux, quand ça lâche, ça lâche. Imagine un peu un gamin dans un centre commercial qui pique une crise en dévastant le magasin, tu lui dis : "ha non, c'est pas bien tu seras punis !!.." Suffit qu'il y ait des gens que tu connais pour que toi et ton gamin soyez étiquetés... Hé là, ce n'est pas bon non plus pour le développement socio-psychologique de ton gamin ! Comment veux-tu appliquer ça dans une société actuelle qui prône la violence ?
Alors, je parle même pas de l'adolescence car les personnes qui en ont l'expérience sur le forum pourront pitêt en parler.

Quand tu auras des enfants, tu verras l'éducation à appliquer.

Voulant faire éducateur pour ma fille, je prônerais plus l'anti fessée, cela est clair. Mais les professionnels qui ont étudiés les fessées ont juste étudiées les fessées et ce que cela engendre mais pas le contexte global qui a fini par la fessée.
Le problème, c'est que aucune personne cherche à défendre la personne qui a fessée car elle n'ont que l'histoire immédiate...

Citation :
Comment font les enseignants de maternelle qui passent 6 heures par jour avec 25 petits enfants, dans un espace relativement restreint, avec des contraintes à respecter et des règles à appliquer ?

Ils s'en sortent bien pour la plupart d'entre eux. Or les punitions corporelles sont interdites à l'école, et s'il arrive encore qu'une tape parte ici ou là, ce n'est que chez moins de 15 % des enseignants... alors que 85 % des parents utilisent claques et fessées pour régler les problèmes qu'ils ont avec leurs 2 ou 3 enfants. Mais les enseignants sont formés à la pédagogie.

Les enseignants, c'est leur boulot ! (même s'il ont très envie parfois)
Quelqu'un qui est parent n'est pas seulement parent (d'où le titre de france 5 de l'émission : on n'est pas que des parents). Il a des multiples tâches à effectuer. Si on était juste parent, pour moi, ce serait le pied !

Citation :
Il est donc indispensable d'établir des règles pour fixer des limites dans une famille. L'application de ces règles doit se faire avant toute chose par le dialogue et la communication avec l'enfant, dans le meilleur équilibre possible
Oui, tout à fait. Mais, il faut penser que tu peux vite être débordé par une situation qu'un enfant à créé...

Citation :
Les parents sont un modèle pour l'enfant qui s'y attache. Les parents ont donc un rôle important dans l'apprentissage de l'enfant à un jeune âge. Il est évident que lorsque l'enfant a des difficultés à ranger sa chambre, à s'organiser, à classifier, la solution n'est pas de le frapper mais de lui montrer comment s'y prendre, de lui transmettre des méthodes, de lui donner un modèle, en lui expliquant les choses. Petit à petit, il intègrera ce modèle.
Tu oublies un peu le fait que l'on doit plus s'occuper d'enrichir les élites que de sa propre famille. Beaucoup travail jusqu'à 40h par semaine :(

Citation :
Donc, raisonner l'enfant en lui expliquant que son acte est intolérable et en l'engageant à ne plus le commettre. Le prévenir que s'il recommence, il subira une punition non corporelle (simple, comme le mettre au coin pendant plusieurs minutes).
C'est cette que j'applique mais ça ne marche plus du tout. Elle s'en fout...
Même si on est pas dans ce cas-là, quand un gosse regarde la télé qui parle toujours de la faiblesse des parents et qu'il faut plus l'écouter elle que les leurs (ndlr : parents), soit tu laisses tes enfants devant la tv comme la majorité des parents soit tu l'as benne.
Revenir en haut Aller en bas
Aroya

avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 20/12/2008
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mar 1 Sep 2009 - 4:42

darshounet a écrit:
Quand tu as 36 choses à faire et des rendez-vous etc. Que le gosse te pète des câble en même temps, tu prends le temps d'appliquer une pédagogie (comme les gens qui ont le temps et qui n'ont rien d'autres à faire). Il y a quelque chose qui s'appelle les nerfs (ou les plombs,...). Que l'on soit pro-fessée ou anti ou entre les deux, quand ça lâche, ça lâche.
Donc tu prends l'enfant pour un défouloire. Désolé mais si ta femme n'est pas d'accord avec toi et hausse le ton sur un sujet de discorde, que toi tu es sur les nerfs, tu vas la frapper ? Si oui, tu es très impulsif et ne maitrises pas tes montées en colère. Dans ce cas, achètes toi un putching ball et défoules toi dessus en rentrant, ou fais un peu de sport pour lâcher la pression.

Si ton enfant fait pendant ce temps des bétises, ou des caprices, tu dois prendre le temps de le calmer et de le punir si besoin est. L'argument du manque de temps n'est pas valable, si tu as le temps de lui mettre une claque, tu as le temps de le punir. Si aucun des parents ne prend le temps de s'occuper de l'enfant, alors il n'y a plus d'éducation, et ceci peut-être très dommageable pour tous. De plus si ta fille ne répond plus aux sanctions, alors soit tu la punies trop excessivement (de manière plus ou moins justifiée), soit la punition n'est pas adéquate (si par exemple elle regarde la TV, ce n'est plus une punition), soit elle n'est pas prise au sérieux (dans ce cas, il faut revoir ta façon de la punir). Le dialogue est un passage indispensable pour se faire comprendre.

darshounet a écrit:
Tu oublies un peu le fait que l'on doit plus s'occuper d'enrichir les élites que de sa propre famille. Beaucoup travail jusqu'à 40h par semaine
Je sais, il faut s'organiser au mieux pour passer un peu de temps avec ses enfants. Ca dépend bien sur des professions, mais il y a toujours un moment, jour ferier, week-end, vacances, soirée, où on peut le faire (comme l'aider à ranger sa chambre, ou à faire ses devoirs).

darshounet a écrit:
Imagine un peu un gamin dans un centre commercial qui pique une crise en dévastant le magasin, tu lui dis : "ha non, c'est pas bien tu seras punis !!.." Suffit qu'il y ait des gens que tu connais pour que toi et ton gamin soyez étiquetés... Hé là, ce n'est pas bon non plus pour le développement socio-psychologique de ton gamin ! Comment veux-tu appliquer ça dans une société actuelle qui prône la violence ?
L'étiquettage est un argument qui s'oppose aux claques. Frapper ses enfants dans un magasin n'est jamais très bien vu, cela les fait pleurer et attire le regard des gens. Est-ce une posture confortable ? Non.

Il faut prévenir Darsh, dis à ton enfant avant d'aller en course de bien se tenir, demande lui de s'engager à ne pas faire de caprice : "tu me promets d'être sage au magasin d'accord ?". Ca prend 10 secondes et ça peut-être très efficace. Si dans le magasin l'enfant pleure pour avoir quelque chose, rappel lui son engagement. Si il continue, explique-lui que non seulement il n'aura rien, parce que vous n'êtes pas venus pour ça, mais qu'en plus il sera puni en rentrant. Il fera peut-être des caprices une ou deux fois, mais comprendra vite comment ça fonctionne, après quoi il cessera. Tu peux aussi le faire participer à tes courses, pour le divertir et occuper son attention, et utiliser à l'occasion la méthode sans perdant (si j'achète ce pull, je peux t'acheter cette veste).

darshounet a écrit:
Alors, je parle même pas de l'adolescence car les personnes qui en ont l'expérience sur le forum pourront pitêt en parler.
La punition ne fonctionne plus à l'adolescence. C'est une autre étape de la vie, une autre étape du dévelopement psychologique, et cela demande en conséquence, d'autres méthodes. Sur TF1 était diffusé le reportage "Le Grand Frère", où un éducateur spécialisé (issu de milieux défavorisés) venait au secours de familles au bord de la destruction à cause, en partie, des jeunes qui prenaient le dessus sur leurs parents, en leurs manquant totalement de respect : violences, insultes, raquettes, voilà ce qu'ils leurs faisaient subir. On remarque à chaque nouveau cas des traumatismes de l'enfance, des divorces, des violences parentales, des problèmes d'éducations, où le petit devient enfant roi ou enfant délaissé, puis adolescent violent. Pour rétablir ces situations difficiles, il est souvent nécessaire de faire appel à un psychologue pour entendre chaque membre de la famille, les confronter à leur(s) problème(s), parfois très refoulés, et leur donner les clés pour reprendre le dessus.

Pour le jeune, c'est avant tout un travail de dialogue, très difficile au début pour l'éducateur, mais qui à force de persévérance et avec des méthodes permettant de libérer ses frustrations (par des activités physiques très intenses), permet à l'adolescent de retrouver un équilibre, de se décharger. Lui montrer d'autres milieux, le confronter à d'autres adolescents anciennement en difficulté, lui permet de se remettre en question. Lui trouver une activité, un travail, le motiver dans une passion, permet là de recadrer son environnement, pour le stabiliser. Après un changement significatif, une amélioration des relations avec les parents, le confronter à son ancienne image d'adolescent violent lui permet de s'en détacher et de se dire "ce mec qui insulte ses parents, ce n'est pas moi, ce n'est plus moi, j'ai tourné la page". Le fait ensuite que son entourage fasse des efforts pour lui manifester son amitié ou son amour (entre une mère et un fils, un frère et une soeur), permet là aussi de repartir sur de bonnes bases. Ainsi, et c'est ce que parvient à faire dans un grand nombre de cas l'éducateur de l'émission, on passe d'un jeune déstabilisé, violent, psychologiquement offensif, à un jeune responsable et équilibré, qui a fait de sa souffrance passée une force ; la probabilité de succès dépendant directement des efforts fournis réciproquement par son entourage pour pardonner et aller de l'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre

avatar

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 19/12/2008
Age : 36
Localisation : Lyon

MessageSujet: Quand l'info rend schizo...   Mar 1 Sep 2009 - 11:33

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aroya

avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 20/12/2008
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mar 1 Sep 2009 - 13:06

Ta vidéo Pierre met le doigt sur la responsabilité des parents. On leur demande d'éduquer leurs enfants, de les punir, sous peine de sanctions; mais paradoxalement, on les condamne s'ils les maltraitent. Il s'agit en faite de deux cas extrêmes : laxisme (manque d'intervention parentale) contre maltraitance, qui sont tout deux répréhensibles.

Dans notre société, il est vrai qu'on ne cherche pas à comprendre pourquoi les parents agissent ainsi, on sanctionne en constatant les faits. Mais pourquoi ne pas mettre sur pied des stages de pédagogie pour tous les nouveaux parents, pour leur transmettre des méthodes, pour les aiguiller sur une éducation seine, fondée sur nos connaissances modernes en psychologie de l'enfant et en sciences de l'éducation ? Le gouvernement ne fait rien en amont pour changer les mentalités, les traditions, il sanctionne seulement en instaurant de nouvelles lois, en pénalisant les parents. Mais même si les parents sont directement responsables de l'éducation de leurs enfants, et de leur comportement à postériori, ils sont eux-même victime de leur propre condition, de la société, de leur expérience. Et ils ne peuvent pas transmettre quelque chose qu'ils n'ont pas reçu, c'est évident. Alors au lieu de les blâmer, cherchons plutôt à comprendre : pourquoi un parent en vient-t-il à maltraiter son enfant ? Que peut-on faire pour y remédier ?

Diminuer le temps de travail et instaurer des cours de pédagogie ou des stages d'éducation serait déjà un bon début. Mais rien que pour ceci, nous en sommes loin. La faute à qui ? A la source de tous les maux : la société elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mar 1 Sep 2009 - 13:59

lol pas mal pierre ^^

Je me suis mis dans une position complexe aro lol va doucement Smile

Je suis tout à fait d'accord que la punition par la fessée n'est pas un bien (tout comme l'éducation par la télé mais ce n'est pas le sujet).

Je suis même assez anti punition pour tous les gens habitant à la campagne (moins de stress, fatigue, etc...). L'éducation de ma tante vis-à-vis de ses enfants a fait que les plus grosses punitions ont été de faire monter dans la chambre ou s'asseoir sur une chaise ses enfants pour réfléchir à la bêtise (elle habite à la campagne)...

La différence de cadre compte énormément. En effet, les parents citadins sont plus exposés au stress.

Mes explications ont pour but de dire que les parents citadins sont plus fragiles émotivement et donc plus apte à "fesser" même si ce n'est cautionnable. Ajoutons à sa, un temps que nous ne savons plus prendre et à une action négative fait par l'enfant cela donne quand même une réponse négative.

Il ne faut former pas les parents à une ou des pédagogies (c'est ce qui écoeure et énerve encore plus les parents qui appliquent une punition corporelle), puisque ça leur dit quand même qu'ils sont des parents qui appliquent une éducation bidon et qu'ils ont tout foiré.

Il faut nous apprendre, à nous parents, à réutiliser le temps ! Et de même, à gérer l'espace, la promiscuité des logements et/ou de la vie citadine.
C'est d'ailleurs là-dessus que je vais travailler pour l'éducation de ma fille...
Revenir en haut Aller en bas
fjordbokna

avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 30/01/2009

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mar 1 Sep 2009 - 14:03

Aroya a écrit:

Donc tu prends l'enfant pour un défouloire. Désolé mais si ta femme n'est pas d'accord avec toi et hausse le ton sur un sujet de discorde, que toi tu es sur les nerfs, tu vas la frapper ? Si oui, tu es très impulsif et ne maitrises pas tes montées en colère. Dans ce cas, achètes toi un putching ball et défoules toi dessus en rentrant, ou fais un peu de sport pour lâcher la pression.

Si ton enfant fait pendant ce temps des bétises, ou des caprices, tu dois prendre le temps de le calmer et de le punir si besoin est. L'argument du manque de temps n'est pas valable, si tu as le temps de lui mettre une claque, tu as le temps de le punir. Si aucun des parents ne prend le temps de s'occuper de l'enfant, alors il n'y a plus d'éducation, et ceci peut-être très dommageable pour tous. De plus si ta fille ne répond plus aux sanctions, alors soit tu la punies trop excessivement (de manière plus ou moins justifiée), soit la punition n'est pas adéquate (si par exemple elle regarde la TV, ce n'est plus une punition), soit elle n'est pas prise au sérieux (dans ce cas, il faut revoir ta façon de la punir). Le dialogue est un passage indispensable pour se faire comprendre.


trop facile de dire ca, tu dois pas avoir d'enfant, toi.
si oui,tout le monde n'a pas ta perfection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aroya

avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 20/12/2008
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mer 2 Sep 2009 - 1:38

darshounet a écrit:
Il ne faut former pas les parents à une ou des pédagogies (c'est ce qui écoeure et énerve encore plus les parents qui appliquent une punition corporelle), puisque ça leur dit quand même qu'ils sont des parents qui appliquent une éducation bidon et qu'ils ont tout foiré.
Il n'y a aucune honte à ignorer certaines choses. On peut croire bien faire en comblant par exemple tous les désirs de son enfant - du type : tu veux ce jouet, parce que je veux te faire plaisir, et parce que je ne veux pas te voir pleurer, je te l'achète - et remarquer que finalement, il l'abandonne après une semaine et en demande un nouveau. Cela s'expérimente et personne ne peut le savoir sans approfondir la notion du désir. Il y a aussi des constantes dans le comportement des enfants tout comme il y en a dans le comportement des adultes, car les conditions extérieures peuvent être déterminantes dans le comportement, indépendament du caractère et de l'expérience propre à chacun. Donc oui, tout parent peut faire des erreurs dans son éducation, le principal est qu'il s'en rende compte, qu'il le reconnaisse, et qu'il tente d'y remédier. Enfin, former les parents à la pédagogie n'a rien de dévalorisant, au contraire, cela permet d'intégrer des outils, des conseils, et des méthodologies, fruits de longues recherches dans ces domaines, pour prévenir et éviter des erreurs et ainsi mieux préparer son éducation.

fjordbokna a écrit:
trop facile de dire ca, tu dois pas avoir d'enfant, toi.
si oui,tout le monde n'a pas ta perfection.
Non je n'ai pas d'enfants, tu peux me le reprocher mais ça n'invalide pas les méthodes que je propose. Caltoum Sarrai, la "nanny" de l'emssion sur M6 est intervenue dans plus d'une centaine de familles dans plusieurs pays avec ces principes, basés sur la prévention, l'explication et la punition, structurées en différentes étapes (observation de la famille, identification des problèmes, discussion et conseils aux parents, établissement de nouvelles règles, application). As-tu déjà vu le résultat ? Les enfants se restructurent dans les règles de la maison et passent d'un comportement dangereux et irrespectueux à une plus grande responsabilité au bénéfice de chaque membre de la famille. Parfois, la situation de départ est tellement désespérée qu'on croit à un miracle. Mais ce n'est pas un miracle, c'est une pédagogie qui a fait ses preuves.

Maintenant, et je le répète, ce modèle répressif qui remplace la violence physique par la sanction doit être utilisé en tant que mesure exceptionnelle (donc pas à toutes les sauces). S'il est appliqué trop souvent, la punition diminuera en efficacité et l'enfant risquera de perdre sa confiance et son estime de soi. C'est pourquoi des alternatives et autres astuces peuvent être appliquées pour éviter cela. C'est ce que résume le psychologue Daniel Lambert sur son site :

Citation :
http://www.webdlambert.com/alternatives_punitions.html#renforcement

(...) Comme je viens de le souligner, au lieu de punir un comportement répréhensible, il nous est possible d'encourager les comportements souhaitables. Plus un enfant aura de l'attention pour ses "bons" coups, moins il aura besoin de recourir aux "mauvais" coups pour obtenir notre attention.

Voici donc maintenant quelques techniques pour encourager un comportement souhaitable. Cliquez sur chacun pour en connaître le principe, les avantages, etc.

* Renforcement
* Façonnement
* Modelage
* Message clair

De façon à posséder un maximum de moyens d'intervention et d'ainsi pouvoir mieux être outillés pour composer avec différents enfants, différents comportements et contextes, voyons maintenant des techniques pour décourager un comportement chez l'enfant. Vous remarquerez que la punition fait partie de ces techniques. L'important est de se rappeler qu'elle n'est qu'une des techniques possibles et qu'il est préférable de s'y référer qu'en dernier recours.

* Punition
* Extinction
* Isolement
* Substitution du stimulus
* Satiété du stimulus

En toute conscience, je ne peux aborder le thème des punitions sans parler des punitions physiques (fessées) et des abus.

Frapper un enfant :

* N'est ni justifié, ni justifiable, peu importe la gravité du comportement de l'enfant.
* Ne reflète que la difficulté de l'adulte à contrôler ses émotions.
* Donne à l'enfant un exemple concret d'une façon très peu recommandée de résoudre ses problèmes : Frapper!
* Comporte des risques de blessures, voir de mort pour l'enfant.
En résumé, pour aider les enfants à s'épanouir au mieux, les parents doivent donner aux enfants:
- une éducation affective: les parents doivent répondre aux besoins d'amour et de sécurité des enfants;
- des structures et des orientations, autrement dit fixer et respecter des critères de bon comportement en montrant ce qu'est un mauvais comportement et en donnant le bon exemple aux enfants. Les enfants ont besoin de limites et d'orientations pour leur propre sécurité et pour la maturation de leurs propres valeurs;
- une reconnaissance; les enfants ont besoin d'être vus, entendus et considérés comme des personnes. Les parents doivent manifester leur intérêt pour les expériences vécues au quotidien par leurs enfants, les écouter et essayer de comprendre leurs points de vue;
- une autonomisation, autrement dit renforcer le sentiment de compétence et de contrôle personnel des enfants et de leur capacité à modifier les attitudes et les comportements des autres.

Pour aider leurs enfants à adopter des comportements positifs, les parents peuvent;
- leur apporter une attention positive et régulière à tout âge. A mesure que les enfants grandissent. Cela implique aussi de s'intéresser à leurs relations avec leurs paires et à leurs performances scolaires;
- les aider à comprendre les conséquences potentielles de leurs choix;
- encourager de bons comportements en étant attentifs et élogieux, et ignorer les comportements indésirables mineurs;
- Se comporter comme ils l'attendent de leurs enfants, communiquer avec eux dans le respect et leur montrer comment résoudre les conflits de manière constructive.

Encore une fois, je n'ai pas expérimenté ces conseils qui sont à la portée de tous : d'autres l'ont fait pour moi. Si vous n'êtes pas convaincu, essayez par vous-même, vous serez certainement surpris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mer 2 Sep 2009 - 3:44

Les différentes pédagogies que tu peux trouver (soit des centaines), ne me feront en rien revenir sur ce que j'ai dit.

En plus, tu es en train de parler que des parents doivent apprendre à être des parents !!!!!
Aro, tu me deçois, je te croyais moins naïf que ça et en venir à citer une émission de télévision qui plus est M6, tu tombe bien bas dans tes argumentations...

Sachant qu'il n'y a jamais vraiment eu d'émissions qui n'étaient pas truquées, tu viens me parler à moi parents d'une "méthode vu à la tv" !

En ce moment, j'étudie beaucoup le concept de la "desco". Petites descriptions en deux liens :
- http://www.ecole-en-pyjama.net/
- http://www.lesenfantsdabord.org/index.php
Qui justement, décrit la qualification qu'ont tous les parents d'éduquer leurs enfants sans le système scolaire.

Quand je te dis que les parents ne prennent plus le temps d'écouter et d'expliquer, ce n'est pas des paroles en l'air ! C'est quelque chose qui est effectif. Il n'y a pas besoin de spécialiste de mes c******* pour expliquer des trucs à la mort moineux !

Tu prends une personne qui n'écoute pas son enfant, ce dernier va piquer des crises pour se faire entendre. Et l'enfant en s'énervant va énerver le parent déjà fortement atteint par tous les stress de la vie courante. Tu peux l'expérimenter où tu veux quand tu veux ! Ce n'est pas une méthode de prendre le temps. C'est vraiment LA chose à réapprendre aux parents !

Sois-dit en passer les spécialistes ne sont pas vraiment là pour faire du bien. A force de bassiner tout le monde sur le fait que l'on est tous des mauvais parents et qu'il faut appliquer la dernière méthode miracle, les gens commencent à stigmatiser les parents et même des mouvements anti-enfants sont nés ! (http://www.decitre.fr/livres/No-Kid.aspx/9782841864058, http://www.bigkidsnokids.com/index2.html, etc...)
Revenir en haut Aller en bas
Aroya

avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 20/12/2008
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mer 2 Sep 2009 - 17:05

darshounet a écrit:
Les différentes pédagogies que tu peux trouver (soit des centaines), ne me feront en rien revenir sur ce que j'ai dit.
Je ne sais pas s'il existe des centaines de pédagogies parentales mais celles que je connais ont fait leur preuve ! Libre à toi de les ignorer.

darshounet a écrit:
En plus, tu es en train de parler que des parents doivent apprendre à être des parents !!!!!
Oui, être parent, ce n'est pas inné, ça s'apprend (et ce n'est pas une insulte) ! On apprend autant aux enseignants à éduquer, car il y a bien des mécanismes à comprendre, à maitriser, des techniques et des astuces à appliquer pour le bien être et le bon développement des enfants. Cela te dérange t-il tant ?

darshounet a écrit:
Aro, tu me deçois, je te croyais moins naïf que ça et en venir à citer une émission de télévision qui plus est M6, tu tombe bien bas dans tes argumentations... Sachant qu'il n'y a jamais vraiment eu d'émissions qui n'étaient pas truquées, tu viens me parler à moi parents d'une "méthode vu à la tv" !
Ah, parce que si c'est diffusé à la télévision, c'est faux et truqué ? N'est ce pas là une autre forme de naiveté ? J'ai cité le cas d'une educatrice spécialisée dans la petite enfance, qui a effectivement appliquée ses méthodes en partie sous l'oeil d'une camera, dans le cadre d'une emission, et alors ? Tu peux lire les témoignages des parents après son intervention, tu peux te renseigner sur les "coulisses" et les montages, tu verras que l'essentiel y est, et que les parents en sont après coup tout à fait satisfait, car ils retrouvent des enfants respectueux, intéressés, et reprennent confiance en eux. C'est de l'empirique, et le fait que ses interventions puissent être filmées (car elle intervient aussi en dehors de l'emission) sert justement de preuve de son efficacité. Cette éducatrice travail aussi avec des psychologues et des thérapeutes pour affiner et améliorer constamment ses méthodes. Les seules controverses que tu trouveras à son sujet est le mécontentement de certains parents qui pensaient la revoir régulièrement après son intervention, ce qu'elle n'eut pas été en mesure d'assurer pour tout le monde (car déjà trop sollicitée).

darshounet a écrit:
Quand je te dis que les parents ne prennent plus le temps d'écouter et d'expliquer, ce n'est pas des paroles en l'air ! C'est quelque chose qui est effectif. Il n'y a pas besoin de spécialiste de mes c******* pour expliquer des trucs à la mort moineux !
En disant cela, tu insultes les mères au foyer et toutes les familles qui ont du temps pour s'occuper de leurs enfants, mais qui pour autant, ne savent pas ou plus comment s'y prendre ! Tu fais passer l'éducation pour une évidente banalité en déplaçant tout le problème sur le manque de temps. Alors bien sûr que le temps disponible et les horaires de travail peuvent ne pas être compatibles avec le temps libre des enfants, et influencer la qualité de l'éducation. Pour autant, si tu es en mesure d'aller chercher les enfants à l'école, de leur faire prendre un bain le soir, de leur faire à manger, de les coucher avant de dormir, tu as forcément quelques minutes disponibles pour appliquer une pédagogie (ça ne prend pas des heures entières chaque jour, c'est plutôt une façon d'être et de se comporter).

darshounet a écrit:
Ce n'est pas une méthode de prendre le temps. C'est vraiment LA chose à réapprendre aux parents !
On perd plus de temps à courir après ses enfants ou à réparer leurs bêtises quand l'éducation n'est pas adaptée, qu'à en appliquer une correcte qui ne déclenchera que peu de réactions néfastes de leur part. On ne peut donc effectivement qu'encourager à prendre ce temps pour apprendre, échanger et partager avec ses enfants.

darshounet a écrit:
Sois-dit en passer les spécialistes ne sont pas vraiment là pour faire du bien. A force de bassiner tout le monde sur le fait que l'on est tous des mauvais parents et qu'il faut appliquer la dernière méthode miracle, les gens commencent à stigmatiser les parents et même des mouvements anti-enfants sont nés !
En quoi les spécialistes, psychologues, éducateurs, pédagogues, sont-ils responsables des critiques sur les difficultés qu'ont certains parents à éduquer leurs enfants ? Est-ce eux les coupables ? Ils sont bien là pour donner des outils et des conseils aux familles, pour résoudre des problèmes, non pour en créer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mer 2 Sep 2009 - 18:16

C'est l'expérience de la vie qui fait que tu es parent. Dès que ton enfant nait, tu as cette sorte ... euh comment dirai-je ... de déclic. Je sais tu vas me dire qu'il y a des exceptions comme partout et pour tout. Mais plus la société avance (ou s'enfonce au choix), plus ça va plus je vois de couple qu'ils ne veulent plus d'enfant. Pas à cause de l'enfant lui-même, mais des complications vis-à-vis de la société. On ne peut ignorer qu'il y a un gros problème "sociétal" à cause du harcèlement fait par les médias, les sociologues, les psy, etc...

Bien sûr, ces gens ont arrangés certaines choses sur, par exemple, les faits de maltraitance, etc
Mais faut qu'il arrêtent maintenant de "développer" et de mettre les parents dans la psychose par la quantité infini de discours moratoire.

Ils sont arrivés à une telle sottise que l'on a maintenant des discours comme ceux-ci : http://laia.asso.free.fr/ilzondi.html.

Le milieu fait énormément. Regarde les gens plus pauvres sont plus aptes à la maltraitance (physique et psychologique - et je ne fais pas de généralité encore d'où "plus apte") que les gens de la classe moyenne qui sont mieux entourés (les proches, l'argent, moins de promiscuité dans l'environnement - exemple : maison ou appart plus grand, terrain, etc..., moins de stress, temps mieux répartis, ...)

Citation :
Je ne sais pas s'il existe des centaines de pédagogies parentales mais celles que je connais ont fait leur preuve ! Libre à toi de les ignorer.

Bien sûr que je vais les ignorer !

Citation :
Oui, être parent, ce n'est pas inné, ça s'apprend (et ce n'est pas une insulte) ! On apprend autant aux enseignants à éduquer, car il y a bien des mécanismes à comprendre, à maitriser, des techniques et des astuces à appliquer pour le bien être et le bon développement des enfants. Cela te dérange t-il tant ?

Parent est quelque chose d'inné pour la très grande majorité des gens. Leur manque de confiance fait malgrès tout gagné du pognon aux différents intervenants médicaux-socio et je trouve cela très dommage. On voit les problèmes médicaux, par exemple, avec les vaccins et les problèmes qu'ils engendrent. Et bien sûr les gens montrent que ça a sauvé une centaine de personnes et tout le monde est content. Tu vas me dire que c'est différent mais en quoi. Il y a quelques années les médecins et psychologues ont dit que les enfants ne pensais pas !!!!!
Il n'y a pas de méthodes qui marchent comme il n'y a pas de pillules miracles !
Seuls les parents sont en mesure de savoir de quoi il retourne. Oui, ils peuvent prendre des astuces d'ici-delà mais as-t'on vraiment besoin de medecins-thérapeute-psychologue à part pour créer de nouveaux cas ?

Citation :
Tu peux lire les témoignages des parents après son intervention, tu peux te renseigner sur les "coulisses" et les montages, tu verras que l'essentiel y est, et que les parents en sont après coup tout à fait satisfait, car ils retrouvent des enfants respectueux, intéressés, et reprennent confiance en eux.
Oui, comme tu peux voir les coulisses et les témoignages de loft story et de l'île de la tentation voire même rencontrer les gens qui ont l'air saisissant de vérité qui émanent d'eux, pourtant, les faits (contractuels, etc..), attestent le contraire.

Citation :
Cette emission et comme quelle famille ce n'est que pur montage, une fiction enregistre entre 5 et 12 jours le tout raccourci a pas grand chose.
Une journaliste qui marche sur la main d'un enfant pour le faire pleure, super nany arrive!!!
Vous croyez quoi, que cela est du direct, sans montage!!!!!!!
Une plainte au civil va etre deposé par Maitre G COLLARD(le contenu et tres long) 4 familles(3 big nany, 1 quelle famille)
Une Asociation lois 1901 va voir le jour, ainsi qu'un site pour prevenir,orienté et defendre ces victimes(car oui se sont des victimes)
En attendant, une adresse electronique et en place pour recueillir, des temoignages de gens abusés ainsi que des temoins de tournage.
sos.victime.telerealite@wanadoo.fr
Ne jetez pas la pierre a ces famille, car cela serait croire que le monde de la télé et tout beau, et qui peut le croire apres tout ce que l'on voit depuis 3/4 ans?
je vous remmercie
(src : http://www.confidentielles.com/ttopic-6415.htm&start=39)

Citation :
En disant cela, tu insultes les mères au foyer et toutes les familles qui ont du temps pour s'occuper de leurs enfants, mais qui pour autant, ne savent pas ou plus comment s'y prendre !
Et ce n'est pas insulter les parents que de les faire passer devant la justice pour leur enlever leurs enfants parce qu'ils n'appliquent aucune méthodologie approuvée ???

Citation :
Pour autant, si tu es en mesure d'aller chercher les enfants à l'école, de leur faire prendre un bain le soir, de les coucher avant de dormir, tu as forcément quelques minutes disponibles pour appliquer une pédagogie (ça ne prend pas des heures entières chaque jour, c'est plutôt une façon d'être et de se comporter avec ses enfants).
Oulà ! Tu ne sais pas du tout comment se passe une famille !?! Alors si tu ne sais pas te nettoyer les fesses, il te faut un psy, une educ', etc parce que c'est un symptôme !

Citation :
On perd plus de temps à courir après ses enfants ou à réparer leurs bêtises quand l'éducation n'est pas adaptée

Que l'éducation soit adaptée ou non c'est toujours comme cela ! ^^ Faut bien laisser jouer et courir les enfants.

Citation :
En quoi les spécialistes, psychologues, éducateurs, pédagogues, sont-ils responsables des critiques sur les difficultés qu'ont certains parents à éduquer leurs enfants ? Est-ce eux les coupables ? Ils sont bien là pour donner des outils et des conseils aux familles, pour résoudre des problèmes, et non pour en créer.
Déjà répondu
Revenir en haut Aller en bas
Aroya

avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 20/12/2008
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mer 2 Sep 2009 - 20:24

darshounet a écrit:
C'est l'expérience de la vie qui fait que tu es parent.
C'est l'expérience, et l'expérience, c'est de l'acquis. Alors pourquoi dis-tu quatre paragraphes plus bas :

darshounet a écrit:
Parent est quelque chose d'inné pour la très grande majorité des gens.
Si c'est acquis, ce n'est pas inné. Demande à un jeune enfant de s'occuper d'un bébé, crois tu qu'il y arrivera si on ne lui explique rien ?

darshounet a écrit:
Le milieu fait énormément.
En effet, l'éducation dépend du milieu. Il est évident qu'un enfant des riches quartiers de Paris n'aura pas la même éducation qu'un enfant des favelas au Bresil (pour prendre deux exemples extrêmes).

Citation :
Il y a quelques années les médecins et psychologues ont dit que les enfants ne pensais pas !!!!!
Tu peux préciser qui, et donner le contexte ?

Citation :
Il n'y a pas de méthodes qui marchent comme il n'y a pas de pillules miracles !
Il n'y a pas de mode d'emploi, évidemment. Mais il y a bien des méthodes, avec leurs avantages, leurs inconvénients, qui favorisent à leur niveau l'épanouissement de l'enfant. Après, c'est une question de culture et de ce que nous voulons faire d'eux.

darshounet a écrit:
Oui, ils peuvent prendre des astuces d'ici-delà mais as-t'on vraiment besoin de medecins-thérapeute-psychologue à part pour créer de nouveaux cas ?
Comment ça, créer de nouveaux cas ? Serais-tu en train de rejetter en bloc les sciences de l'éducation, la psychologie, les thérapies, en insinuant qu'ils ne veulent que profiter de la faiblesse des parents, ou pire créer les problèmes, pour se remplir les poches ?

darshounet a écrit:
Oui, comme tu peux voir les coulisses et les témoignages de loft story et de l'île de la tentation voire même rencontrer les gens qui ont l'air saisissant de vérité qui émanent d'eux, pourtant, les faits (contractuels, etc..), attestent le contraire.
Il y a toujours des montages, des séléctions, des passages tronqués, des mises en forme, cela pour augmenter l'audiance et l'appetit du téléspectateur, j'en suis tout à fait conscient. Parfois, comme dans les deux exemples que tu as cité (production de TF1), il y a effectivement des écarts plus important, des mensonges et de la manipulation, ce qui fini toujours par se savoir.

Quant au message d'un forum que tu prends pour argent comptant, et qui nous révèle que : "Vous croyez quoi, que cela est du direct, sans montage!!!!!!!", il est pour moi d'un bas niveau. Bien sûr qu'il y a des montages, peut-être qu'il y a eu quelques dérapages, de là à nous faire croire que ce n'est que du pipeau, il y a une large marche que je ne franchis pas. Il parle d'un site pour défendre les "victimes", où peut-on le trouver ? Je suis curieux de voir ce qu'ils y disent. A mon avis, leur principal angle d'attaque est le traitement et les préjugés qu'ont reçu cetaines familles après diffusion, et où les montages ne se concentraient que sur ce qui n'allait pas en abaissant l'image des parents. Si c'est bien cela, ça n'a rien à voir avec les méthodes de l'éducatrice.

Je quote un autre message posté plus bas dans le même forum :

Citation :
elle ne descend pas les parents!!! elle leur dit pourquoi ça ne va pas!! je ne suis pas trés télérealité mais le concept est sympa!! je suis désolée ce sont les principes de base d'education et ça marche !! dnas la vie de tous les jours je peux vous dire que ça marche!! (...) qu'on me dise pas que ces momes font des crises parce que le prod leur fout une claque histoire de montrer un gosse en pleine furie dans toute sa splendeur!!!! les crise on les vois et je ls vois à longueur de journée avec les momes que je garde et une crise de caprice ça se passe comme dnas super nany!! je suis désolée
As-tu déjà regardé cette émission darsh ?

darshounet a écrit:
Et ce n'est pas insulter les parents que de les faire passer devant la justice pour leur enlever leurs enfants parce qu'ils n'appliquent aucune méthodologie approuvée ???
Je ne soutiens pas ces répréhensions. Pour moi, il est clairement préférable de former les parents plutôt que de les sanctionner en s'étonnant de leurs difficultés.

darshounet a écrit:
Oulà ! Tu ne sais pas du tout comment se passe une famille !?! Alors si tu ne sais pas te nettoyer les fesses, il te faut un psy, une educ', etc parce que c'est un symptôme !
Tu n'es pas obligé d'être désagréable, tu as très bien compris ce que je voulais dire. Les enfants ne se lavent pas tout seul à bas âge, et tout comme tu es censé leur préparer des repas, tu es aussi responsable de leur hygiène (quand ils sont petits j'insiste) ! Relis mon paragraphe.

darshounet a écrit:
Faut bien laisser jouer et courir les enfants.
Bien sûr, je n'ai jamais dis le contraire. Les enfants ont besoin de dépense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nam-or

avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 27
Localisation : Antibes

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Mer 2 Sep 2009 - 20:50

Citation :
il y a effectivement des écarts plus important, des mensonges et de la manipulation, ce qui fini toujours par se savoir.
Bah dis-donc ! T'es très fort toi si t'arrive à savoir à chaque fois ^^

Le principe des fois où on ne sait pas c'est justement qu'on ne sait pas et on n'imagine pas ça puisse être le cas. Le fait qu'il y ait certains cas qu'on connaisse ne montre en rien que ce sont les seuls et que donc la plupart sont connus.

Pour ma part je pense que les émissions de télévision sont plus "organisées" que ce qu'on croit. D'ailleurs on ne peut pas vraiment leur en vouloir, ils fournissent ce pour quoi ils sont payés : du spectacle pour intéresser les gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://societelibre.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Jeu 3 Sep 2009 - 1:06

Citation :
C'est l'expérience, et l'expérience, c'est de l'acquis. Alors pourquoi dis-tu quatre paragraphes plus bas :

Citation :
darshounet a écrit:
Parent est quelque chose d'inné pour la très grande majorité des gens.
Si c'est acquis, ce n'est pas inné. Demande à un jeune enfant de s'occuper d'un bébé, crois tu qu'il y arrivera si on ne lui explique rien ?

Etre parent est inné, l'éducation parentale est acquise par expérience de la vie avant la naissance de l'enfant d'une part et après d'autre part. Qui prend le temps d'écouter prend aussi (par la même occasion) le temps d'apprendre. Sans avoir recours à des charlatans de grandes écoles.
Une amie à moi et à ma femme est éduc spé (éducatrice spécialisée) pour jeunes "délinquants". Ayant un vécut de la rue et sans prendre une méthodologie niaise, elle est arrivée à des taux de réussite où même des gens qui ont une maîtrise psycho avec leurs bagages de méthode et autres virus souches ont échoués.
Je prendrai aussi l'exemple d'enfant-ado qui ont dû (ou même le font dans le présent) élever des frères et des sœurs voire d'autres enfants dans des cas particuliers. Ceux-ci s'en sortent assez bien même s'ils sont mineurs(l'abandon ou la mort des parents - voire plus triste encore - poussent des enfants à s'entraider et à se cacher des services sociaux...).

Citation :
Tu peux préciser qui, et donner le contexte ?
Je suis bien ennuyé, j'ai pas retrouvé "la chose"!
Mais si tu veux, je te passe le lien vers wiki sur l'enseignement traditionnel conçu et réalisé par des pédagogues et psychologues comme Jean Houssaye professeur en sciences de l'éducation. Tu vas voir c'est un truc super (mode ironique bien sûr). Mais bon, cela affirme en partie ce que j'ai dit. Mais il me faudrait vraiment cet article (c'était un article) qui parlait des relations famille-enfant et de ce que les psy et autres préconisaient. Quand les gens étaient à table que l'enfant devait se taire car rien d'intéressant pouvait sortir de sa bouche etc etc Si quelqu'un me le trouvait ce serait cool ^^

Citation :
Il n'y a pas de mode d'emploi, évidemment. Mais il y a bien des méthodes, avec leurs avantages, leurs inconvénients, qui favorisent à leur niveau l'épanouissement de l'enfant. Après, c'est une question de culture et de ce que nous voulons faire d'eux.
Oui, tout à fait d'accord tout comme les méthodes d'éducations des parents.

Citation :
Comment ça, créer de nouveaux cas ? Serais-tu en train de rejetter en bloc les sciences de l'éducation, la psychologie, les thérapies, en insinuant qu'ils ne veulent que profiter de la faiblesse des parents, ou pire créer les problèmes, pour se remplir les poches ?
Comme tu as dis plus haut, il y a du bon et du mauvais. Mais pour moi, seul le parent est apte, le reste est secondaire. S'ils prennent le temps de l'écoute alors il n'y a pas de soucis.

Citation :
As-tu déjà regardé cette émission darsh ?
Oui, je l'avoue. Coupable... ^^
Elle utilise d'ailleurs toujours la même technique mais qui est impossible à appliquer sur tous les enfants même avec le meilleur esprit. L'émission me fait bien rire et ça s'arrête là.

Citation :
Je ne soutiens pas ces répréhensions.
Heureusement ^^

Citation :
Pour moi, il est clairement préférable de former les parents plutôt que de les sanctionner en s'étonnant de leurs difficultés.
Pourquoi les former ? Ils n'ont pas de problème. Ce n'est pas parce qu'ils n'appliquent aucune méthodologie approuvée que ces dernières sont mauvaises et je n'ai pas parlé de difficultés !! Faut-il que ça sorte toujours de la bouche d'un psy pour que ce soit bien !!!! A moins que tu es mal lu ma phrase et le terme : n'appliquent aucune méthodologie approuvée ^^

Citation :
Tu n'es pas obligé d'être désagréable, tu as très bien compris ce que je voulais dire. Les enfants ne se lavent pas tout seul à bas âge, et tout comme tu es censé leur préparer des repas, tu es aussi responsable de leur hygiène (quand ils sont petits j'insiste) ! Relis mon paragraphe.
Excuse-moi si je t'ai paru désagréable. Pour ce qui est de la propreté, à partir de 4 ans ce sont des symptômes, et si on veut l'inscrire à l'école nous serions très fortement invité à consulter un spécialiste. Plus personne ne laisse de temps au temps.
Revenir en haut Aller en bas
nam-or

avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 27
Localisation : Antibes

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Jeu 3 Sep 2009 - 2:46

Citation :
Etre parent est inné, l'éducation parentale est acquise par expérience de la vie avant la naissance de l'enfant d'une part et après d'autre part
Je crois qu'il y a un problème avec la définition d'inné ^^ (qu'on possède dès sa propre naissance, donc non culturel)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://societelibre.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Jeu 3 Sep 2009 - 2:50

Citation :
Je crois qu'il y a un problème avec la définition d'inné ^^ (qu'on possède dès sa propre naissance, donc non culturel)
J'ai séparé la parentalité qui est inné de l'éducation parentale par une virgule. ^^
Revenir en haut Aller en bas
nam-or

avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 27
Localisation : Antibes

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Jeu 3 Sep 2009 - 2:59

Ah ok j'avais pas compris la phrase... la définition est bonne ^^

Quoique j'aurais tendance personnellement à douter un peu du fait qu'"être parent" soit inné. Il me semble qu'on apprend le fait qu'on peut être parent après sa naissance. Si on est isolé de toute société dès sa naissance et nourri artificiellement par exemple, comment saura-t-on à un moment donné qu'on peut être parent puisque ce concept n'aura aucun sens pour nous (rien n'aura de sens puisqu'on ne pourra pas réfléchir ni faire une quelconque distinction entre bien et mal etc...) ? Le fait d'être parent n'est-il pas culturel chez les humains, c'est à dire que l'info est transmise par les autres membres de la société après la naissance ? (à moins qu'il faille considérer plutôt le fait de pouvoir potentiellement, physiquement être parent sans forcément en avoir conscience, dans ce cas ce serait inné)
Je me suis auto-répondu, c'est ça ? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://societelibre.org
Aroya

avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 20/12/2008
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   Dim 6 Sep 2009 - 19:00

Faut-il déjà distinguer clairement la différence entre parentalité et éducation parentale :

- La parentalité est l'ensemble des pratiques éducatives (savoir-être et savoir-faire) destinées aux enfants dans les situations quotidiennes avec le soucis de prévenir la maltraitance et de promouvoir la bien-traitance.

- L'éducation parentale désigne l'éducation donnée aux parents afin de les former à l'éducation de leurs propres enfants.

Je rejoins en partie la réflexion de nam-or : être parent, au sens, apporter une éducation à ses enfants, est le résultat d'un processus d'acquisition. Modifier l'environnement d'un enfant modifie sa vision du rôle parental, et en conséquence, l'éducation qu'il donnera lui-même à ses futurs enfants. Ce qui est inné est plutôt la tendance protectrice qu'ont les parents envers leurs enfants, et tout ce qui se lie à la satisfaction des besoins vitaux de ceux-ci.

darshounet a écrit:
Une amie à moi et à ma femme est éduc spé (éducatrice spécialisée) pour jeunes "délinquants". Ayant un vécut de la rue et sans prendre une méthodologie niaise, elle est arrivée à des taux de réussite où même des gens qui ont une maîtrise psycho avec leurs bagages de méthode et autres virus souches ont échoués.
Nous sommes là dans l'étape de l'adolescence qui n'est celle de l'enfance, mais peux-tu toutefois être plus précis ? Quelle(s) méthode(s) emploie t-elle pour obtenir un pourcentage de réussite important ? N'a t-elle pas acquise cette méthode dans sa formation ?

darshounet a écrit:
Je prendrai aussi l'exemple d'enfant-ado qui ont dû (ou même le font dans le présent) élever des frères et des sœurs voire d'autres enfants dans des cas particuliers. Ceux-ci s'en sortent assez bien même s'ils sont mineurs(l'abandon ou la mort des parents - voire plus triste encore - poussent des enfants à s'entraider et à se cacher des services sociaux...).
Ils se débrouillent certainement dans leur survie, mais qu'en est-il de leur éducation ? Puisqu'il s'agit de cas par cas, as-tu des études plus détaillées à ce sujet ?

darshounet a écrit:
Mais il me faudrait vraiment cet article (c'était un article) qui parlait des relations famille-enfant et de ce que les psy et autres préconisaient. Quand les gens étaient à table que l'enfant devait se taire car rien d'intéressant pouvait sortir de sa bouche etc etc Si quelqu'un me le trouvait ce serait cool ^^
Quand et pourquoi voulaient-ils que l'enfant se taise ? C'est à toi de retrouver l'article.

darshounet a écrit:
Pourquoi les former ? Ils n'ont pas de problème. Ce n'est pas parce qu'ils n'appliquent aucune méthodologie approuvée que ces dernières sont mauvaises et je n'ai pas parlé de difficultés !! Faut-il que ça sorte toujours de la bouche d'un psy pour que ce soit bien !!!!
Pourquoi les former ? Car l'éducation est une discipline qui n'est pas innée et qui s'apprend. Laisse-t-on les enseignants et professeurs des écoles s'occuper de classes sans aucune formation, sous prétexte que leurs méthodes, apprises ou inventées sur le tas, pourraient parfois fonctionner ?

Un psychologue, ou autre spécialiste, n'a pas forcément la solution, la meilleure et l'unique, à proposer. Mais ils possèdent généralement des connaissances, font généralement des études, des recherches, et peuvent de ce fait privilégier le plus efficace pour l'enfant. Lorsque tu as une douleur, que tu ne te sens pas bien, tu vas bien consulter un médecin, ou autre spécialiste, n'est-ce pas ? Pour au moins identifier le problème. C'est la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Conseil de l’Europe est favorable à l’interdiction de la fessée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» le conseil de l''europe et la fessée
» Europe 1 à Rouen
» Communiqué du conseil national de l'UMT
» Europe Fédérale
» recherche sur le statut des régions en Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Monde en Eveil :: Activisme, évènements, actualité, ... :: Actualité-
Sauter vers: