Forum Monde en Eveil

Forum d'échange et d'information alternative, dans tous les domaines
 
AccueilCalendrierRechercherFAQGroupesLiensS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 2012 - Apocalypse ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Levieux

avatar

Nombre de messages : 367
Date d'inscription : 16/12/2008
Age : 31
Localisation : Toulouse

MessageSujet: 2012 - Apocalypse ?   Ven 9 Jan 2009 - 18:36

Vidéo trouver sur internet , parlant de 2012 , du calendrier maya , de prophétie , et de réalité


partie 1 / 4



Partie 2 / 4



Partie 3 / 4



Partie 4 / 4







A chacun après de croire ou pas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pafpaf

avatar

Nombre de messages : 72
Date d'inscription : 10/12/2008
Localisation : Lyon - France

MessageSujet: Re: 2012 - Apocalypse ?   Ven 9 Jan 2009 - 22:55

Moi perso j'y croie et je vous invite tous à aller signer la pétition pour la suppression du 21 décembre 2012 du calendrier et sauver ainsi l'humanité de l'apocalypse. Pas bête la guêpe

http://www.211212.info/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'hommes des frontieres

avatar

Nombre de messages : 421
Date d'inscription : 07/01/2009
Age : 43

MessageSujet: Re: 2012 - Apocalypse ?   Dim 18 Jan 2009 - 18:31

2012 : quand le soleil inquiète les chercheurs…

Pour expliquer le récent réchauffement climatique, les explications de certains astronomes ont commencé à fuser les unes après les autres : le grand responsable de tous ces drames serait le soleil, devenu violent alors qu’il devrait être dans sa phase la plus calme. Et pendant qu’on culpabilise sans cesse le public, au-dessus de nos têtes, le petit 4×4 de la NASA qui sillonne Mars, le Mars Global Surveyor, envoie ses informations montrant « que les ni­veaux d’eaux glacées sur les pôles martiens ont fondu de presque 3 mètres en l’espace d’une année martienne, soit presque deux ans pour nous». Information incroyable, passée totalement inaperçue : la Terre n’est donc pas la seule à se réchauffer. Mars aussi. Quant à la planète Neptune et à ses lunes, distantes de 4,5 milliards de kilomètres du soleil, c’est même pire :

« Depuis 1989, on a enregis­tré une augmentation de 5% de la température à la surface de Triton, un phénomène de réchauffe­ment inat­tendu pour ces planètes si éloignées du Soleil13».
Sur Pluton, pourtant la planète la plus éloignée du soleil, c’est même un véritable enfer qui a commencé, sous forme de canicule accélérée :

« L’équipe du professeur James Elliot a établi avec certitude qu’en l’es­pace de 14 ans, la planète Pluton s’est réchauffée. Sa température a été multipliée par 3… C’est une surprise to­tale pour l’ensemble de la profession qui ne pouvait pas prévoir une telle transformation14».

La nouvelle est précise. La pollution sur terre n’est donc pas la seule responsable, il existe un autre phénomène, bien plus grave, puisque l’ensemble du système solaire se réchauffe.

Qui aurait imaginé une chose pareille ? En tout cas pas les scientifiques qui feignent toujours de tout savoir et qui découvrent, les yeux écarquillés, l’impensable et se dépêchent ensuite de présenter leurs nouvelles conclusions comme des grandes découvertes. Les satellites n’ont pourtant pas photographié d’usines Michelin sur Mars ou des mines de charbon soviétiques en activité sur Neptune et encore moins sur Pluton… Mais les médias répètent chaque jour que les gaz à effet de serre sont responsables de tout. Ben voyons ! Heureusement qu’on ne vit pas sur Pluton avec sa température qui a été multipliée par trois !

Clairement un autre facteur inconnu déclenche cette chaleur. Mais de ça, les médias n’en parleront pas…
Pour les scientifiques russes, cet invraisemblable réchauffement spatial est dû à notre système solaire, qui, avançant lui aussi à tout vitesse dans l’espace, est entré « dans un nuage interstellaire » ( mais ils ne donnent pas plus de détails). Pour les Américains en revanche, le soleil est le principal responsable, mais ils n’arrivent pas à expliquer pourquoi ce sont les planètes les plus éloignées de lui qui se réchauffent le plus vite… Pour John J. Matese, scientifique anglais, ce serait à cause de l’influence d’une étoile naine brune15, plantée au beau milieu de notre galaxie… En effet, voici cinq ans, différents observatoires ont mis en évidence une lointaine « présence étrangère » qui perturbe le chemin des comètes périodiques. Pour d’autres, l’ensemble de ces problèmes est dû à la présence d’un trou noir… Le professeur Gillespie16, ancien de la NASA, paléoastronome, lui, s’il n’a pas trouvé la cause, a découvert en revanche que quand Jupiter et Saturne sont alignées du même côté du soleil, cela déclenche des tempêtes de taches solaires. En revanche, lorsque Jupiter et Saturne sont séparées, c’est-à-dire à gauche et à droite du soleil, son activité est au plus bas. Les deux planètes influent sur son comportement, et il se trouve que décembre 2012 est une très très mauvaise configuration pour nous : Jupiter et Saturne seront alignées du même côté, amplifiant le nombre de taches solaires, c’est-à-dire autant de cyclones, sécheresses et inondations ici bas.

Une chose est certaine, les scientifiques tâtonnent. Il n’empêche que si toutes les planètes se réchauffent, surtout les plus éloignées du soleil, cela veut dire qu’un radiateur géant se balade en ce moment même quelque part dans le vide intersidéral. À croire que Arthur Clarke n’avait pas écrit que de la science-fiction avec la saga 2001 et 2011 Odyssée de l’Espace dans laquelle un deuxième soleil arrivait du fin fond de l’espace pour s’installer dans notre système solaire ! Néanmoins, ce réchauffement global du vide spatial a des implications pour nous et les premières études prévisionnelles ne sont guère optimistes. Pire : elles sont tout simplement apocalyptiques, comme si les scientifiques, pourtant longtemps sceptiques, nous parlaient eux aussi de la Fin des Temps, du moins au sens météorologique du terme. La revue Futura-Sciences, commentant un article du magazine Nature, a également souligné ce problème de réchauffement inexplicable:

Le Pr Lauri Fenton, du Centre de recherches Ames de la NASA est formel : la planète Mars, ou plutôt son athmosphère est aussi en pleine phase de réchauffement climatique, pour des causes assez proches de celles que l’on subit actuellement sur Terre.

Selon cette étude, menée conjointement avec l’US Geological Survey, les températures moyennes relevées à la surface de la planète rouge s’accroissent 4 fois plus rapidement que sur Terre.

Les chercheurs estiment que la température de surface martienne aurait augmenté de quelque 0,65°C entre les années 70 et les années 90, soit depuis l’atterrissage des sondes américaines Viking et des premiers relevés précis. (…) La température du sol augmente encore, la fonte de la glace s’accélère, et ainsi de suite.

Et aussi bizarement que cela puisse paraître, cela rejoint une « déclaration » de la Vierge en 1962 à Garabandal. En substance voici ce que les petites filles ont rapporté à propos d’un signe céleste que toute l’humanité pourra voir :

« A un moment, aucun moteur ou machine ne fonctionnera. Une terrible vague de chaleur touchera la terre et les gens commenceront à avoir une soif intense. Ils chercheront, désespérés de l’eau, mais elle s’évaporera à cause de la chaleur. Les gens auront tellement soif qu’ils chercheront à se tuer les uns les autres. Mais ils s’écrouleront sur le sol, sans forces».

C’est un tableau qui colle assez bien à ce qui se passe en ce moment même sur Mars, Neptune et Pluton. Car, suivez la logique, si toutes les planètes du système solaire se réchauffent, cela veut dire que le soleil aussi se réchauffe, même si c’est imperceptible à l’œil nu. D’où son hyperactivité… D’où l’envoi en nombre de satellites spécialisés pour le surveiller de très très près. Songez par exemple qu’aujourd’hui, le satellite Soho, l’Ulysses, les Stereo Observatory ( envoient des images stéréoscopiques ), le Solar-B, le Solar Dynamics Observatory, etc., sont tous pointés sur le soleil parce que depuis quelque temps, il inquiète tout le monde…

Mais pourquoi s’intéresser tant au soleil ? Pour une raison simple : si les meilleurs scientifiques de la planète sont incapables de nous expliquer ce réchauffement de l’espace, allons à l’autre extrême et intéressons-nous à cette apparition de la Vierge qui a justement eu le soleil comme centre. Prendre un phénomène surnaturel pour tenter de comprendre n’est pas plus idiot, et, nous allons le voir, plein d’enseignements. Lors de l’apparition de Fatima, la Vierge avait montré un soleil s’obscurcissant puis se précipitant sur la foule, comme si elle voulait nous avertir que le soleil, ou l’espace, à un moment donné, nous jouera des tours. C’était en 1917. Mais ce n’est qu’en 2007 que la communauté des héliologistes a commencé à tirer des signaux d’alarme, nous prévenant que 2011 et surtout 2012 seront des années particulièrement négatives à cause de la violente activité solaire à venir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Green4peace

avatar

Nombre de messages : 186
Date d'inscription : 10/12/2008
Age : 35
Localisation : Namur, Belgique

MessageSujet: Re: 2012 - Apocalypse ?   Dim 18 Jan 2009 - 19:18

Et bien en voilà une toute nouvelle théorie... Intéressant ... et très inquiétant ma foi pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pléiade

avatar

Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 08/12/2008
Age : 32
Localisation : Haute-Normandie

MessageSujet: Re: 2012 - Apocalypse ?   Dim 18 Jan 2009 - 19:24

Oui, vue sous cette angle, c'est très inquiétant en effet. Neutral
Mais nous ne sommes sur de rien...Restons positifs, pour le moment...Et si cela doit arriver alors j'espère que nous nous entraiderons pour passer se changement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'hommes des frontieres

avatar

Nombre de messages : 421
Date d'inscription : 07/01/2009
Age : 43

MessageSujet: Re: 2012 - Apocalypse ?   Dim 18 Jan 2009 - 23:10

peut être que les graines seront sauvées

Bill Gates, Monsanto et la Fondation Rockefeller sont entrain de construire un “coffre-fort anti-apocalypse” au Pôle Nord.

Quand Bill Gates décide, par le biais de la Fondation Gates, d’investir environ 30 millions de dollars dans un projet, cela mérite qu’on s’y intéresse, non ? Et en ce moment, aucun projet n’est plus intéressant que celui qui est entrain d’être construit dans un endroit reculé du monde, l’archipel norvégien de Svalbard.

Bill Gates, en association avec la société Monsanto, la Fondation Rockefeller, la fondation Syngenta ainsi que le gouvernement norvégien, investit des millions dans la construction d’une banque des sémences, sous une montagne de l’île de Spitzberg, un ilot de la Mer de Barents, à environ 1 000 Km du Pole Nord.

Le nom de code officiel du projet est “Svalbard Global Seed Vault“, mais entre eux les partenaires l’appellent “le coffre fort de l’apocalypse” (doomsday vault) Si on en croit le communique de presse officiel, il s’agit d’une grotte artificielle, creusée sous une montagne à proximité du hameau de Longyearbyen, fermée par des doubles portes anti-explosions, équipées de systèmes d’alarme, de sas-anticontamination et aux parois renforcées par du béton armé d’un mètre d’épaisseur.

Il est prévu d’y stocker jusqu’à trois millions de variétés de semences provenant du monde entier afin de “garantir la préservation de la diversité des produits agricoles pour le futur“. Les semences seront spécialement emballées pour prévenir la formation de givre. Il n’y aura pas de personnel présent en permanence mais la relative difficulté d’accès du coffre-fort facilitera la surveillance du site à distance.

Je suis certain que vous n’avez pas prêté attention à la petite phrase, tout obnubilé que vous êtes par les détails techniques de ce communiqué. Le document dit, afin de garantir la préservation de la diversité des produits agricoles pour le futur. ‘

Quelle vision du futur ont les sponsors de ce projet pour qu’ils envisagent une menace globale sur la disponibilité des semences agricoles ? Ces semences sont déjà protégées, en plusieurs exemplaires, dans les différentes banques de semence qui existent à travers le monde.

Chaque fois que Bill Gates, la Rockefeller Foundation, Monsanto et Syngenta s’associent dans un projet commun, cela vaut le coup de creuser la question un peu plus profondément que les rochers du Spitzberg. Et quand on prend la peine de le faire, on trouve généralement des choses fascinantes.

Pour commencer, il y a la liste des gens qui participent financièrement à la création de cette “banque de semences en cas d’apocalypse” : outre le gouvernement norvégien, il y a la Bill & Melinda Gates Foundation ; le géant de l’agriculture industrielle DuPont/Pioneer Hi-Bred, le plus grand détenteur au monde de brevets agricoles pour des semences OGM et les produits agrochimiques qui les accompagnent ; Syngenta, la multinationale basée en Suisse et qui est spécialisée dans les OGM et les semences agroindustrielles, la Rockefeller Foundation, la fondation privée qui est à l’origine de la “révolution génétique”, ayant investi plus de 100 millions de dollars ces 30 dernières années dans la recherche génétique.

Enfin il y a CGIAR, le réseau mondial crée par la Fondation Rockefeller pour promouvoir son idéal de pureté génétique à travers la modification des pratiques agricoles à travers le monde. (. . .)

Généreusement financé par la Fondation Rockefeller et des bourses d’études et de recherches de la Fondation Ford, l’association CGIAR veille à ce que des chercheurs en agronomie et des personnes d’influence du secteur agricole dans les pays du Tiers-Monde soient invités à venir étudier aux Etats-Unis où ils apprennent les concepts de l’agriculture industrielle et de la production intensive, avant de les appliquer chez eux. La CGIAR a ainsi réussi à créer un précieux réseau d’amis et de personnes inféodées à travers le monde, qui sont autant de portes d’entrée et d’agents d’influence pour les entreprises agroindustrielles US dans les pays en voie de développement. Le principal facteur promu par le CGIAR est celui de la “révolution génétique”, supposée résoudre tous les problèmes des pays en voie de développement.

Tout cela étant bien évidemment habillé d’un discours scientiste, positiviste et glorifiant le marché et la libre entreprise comme unique avenir pour une agriculture globalisée, fournisseuse de “cash crops” plutôt que d’aliments pour la population locale. . .

La même Rockefeller Foundation avait crée de toutes pièces la Révolution Verte, suite à un voyage d’étude au Mexique, en 1946, organisé par Nelson Rockefeller et l’ancien secrétaire à l’agriculture lors du New Deal Henry Wallace, fondateur de la multinationale semencière “Pioneer Hi-Bred Seed Company”.

La “Revolution Verte” avait été vendue à l’opinion publique comme “la” solution pour résoudre les problèmes de famine dans le monde… à commencer par les pays “test” comme le Mexique, l’Inde et autres. Rockefeller ne laissait rien au hasard et n’achetait pas seulement la presse pour chanter les louanges de sa “Révolution”. Il avait également spécifiquement ciblé les “experts” travaillant pour les éditeurs scolaires, leur versant des “bourses” afin d’influencer leur plume. Des génération d’écoliers (NdL&I : dont moi) ont ainsi lu dans leurs manuels de géographie des articles à la gloire de la Révolution Verte (. . .)

En réalité, comme l’ont démontré les analyses économique et politiques réalisées 20 ans plus tard, la “Révolution Verte” était en fait une brillante opération marketing afin de développer une activité mondiale d’agrobusiness qui permettrait ensuite à la Rockefeller de détenir une position de monopole dans le domaine agricole… exactement comme le grand-père Rockefeller l’avait fait dans l’industrie pétrolière US cinquante ans auparavant.

Il n’est donc pas surprenant de voir la Rockefeller se soucier de son fonds de commerce agricole et de chercher à préserver dans les glaces de l’arctique les semences qu’elle vendra très cher aux agriculteurs du monde quand la catastrophe climatique aura éradiqué l’agriculture paysanne.

Comme le dit Kissinger,, Si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez le pays, mais si vous contrôlez les semences, vous contrôlez l’alimentation. Et celui qui contrôle l’alimentation tient la population en son pouvoir“.